Nos agents

Hervé Lanjard, référent sûreté du groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Savoie

 
 
Hervé Lanjard © SICom

Quatre questions pour connaître un spécialiste de la sûreté.

Qu’est ce qu’un référent sûreté ?

C’est un spécialiste en prévention technique de la malveillance et de la vidéo-protection, titulaire d’un diplôme universitaire d'auditeur de sûreté. Par son expertise, il prévient les risques en recherchant les points de vulnérabilité. Sa devise est : « dissuader, protéger, prévenir, former »Je peux intervenir aussi bien auprès des collectivités locales, des services de l’État ou des lieux recevant du public pour diagnostiquer les problèmes éventuels de sûreté afin de préconiser des solutions techniques pour palier aux manquements. J’apporte des conseils sur le plan réglementaire, matériel ou humain en identifiant les failles d’un agencement urbain, d’un bâtiment, d’une entité économique. Je fais beaucoup de réunions d’information et de sensibilisation dans des collectivités, des quartiers sensibles, des établissements scolaires.

Quel a été votre diagnostic le plus intéressant ?

Nous avons fait l’audit de sûreté de la Compagnie du Mont-Blanc à Chamonix avec un point particulier qui était l’Aiguille du Midi. A cette occasion, nous avons participé à la mise à jour du plan d’intervention de la gendarmerie nationale en cas de prise d’otages ou d’attaque terroriste en partenariat avec le GIGN. Cela reste une belle expérience. Lors de cette étude nous étions confrontés à des problématiques diverses liées à la topographie des lieux, la météorologie particulière, la fréquentation importante de ce site.

   

Au niveau de ce département, quels sont vos axes de travail ?

En Haute-Savoie, nous sommes très sollicités pour des études d’installation de système de vidéo-protection. C’est un outil très efficace contre la délinquance itinérante dont nous sommes souvent victimes.

En 2013, la gendarmerie a constaté 390 cambriolages sur son secteur et environ 25 % de ces faits ont été élucidés grâce à la vidéo-protection.Nous souhaitons également élargir la prévention, car la meilleure protection reste pour tout un chacun la vigilance et l'application d'actes simples de protection.

Comment êtes vous devenu spécialiste de la sûreté ?

Je me suis engagé dans la gendarmerie en 1990. Je suis entré dans la spécialité « communication audio-visuelle » en 1994 après un premier poste en brigade départementale à Chablis dans l’Yonne. Après 15 ans à Paris où j’ai réalisé de nombreux films notamment sur le secours en montagne et le GIGNgroupe d'intervention de la gendarmerie nationale. En 2009, je suis arrivé en Haute-Savoie à la brigade de Meythet après la restructuration du service audiovisuel. Un an plus tard j’intégrais le groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Savoie en tant que référent sûreté.

 
 

A lire également :