Nos agents

Delphine Charriere-Arnaud, technicienne en chef DDPP, engagée auprès des sourds et malentendants

 
 
Delphine Charriere-Arnaud©ddpp

Delphine Charriere-Arnaud©ddpp

Delphine Charriere-Arnaud, elle-même sourde de naissance, a décroché un diplôme d’ingénieur, option sciences et technologies des industries alimentaires après des études supérieures. Elle est entrée dans l’administration en 2005 et a été titularisée en 2007. En 2013, elle a passé avec succès le concours pour l’avancement au grade de chef technicien du ministère de l’agriculture.

Quel est votre rôle à la DDPP de la Haute-Savoie ?

Mon rôle est de contribuer au sein d’une équipe de la DDPP à la santé et à la protection des animaux. J’aime assez l’idée qu’avec mes collègues, nous soyons considérés comme les « policiers » de la santé animale et du bien-être des animaux. Plus précisément, au sein de cette équipe, je suis chargée de la coordination et de la gestion des contrôles. Je suis également chargée d’instruire les dossiers liés à la faune sauvage captive et de contrôler les établissements détenant des animaux d’espèces non domestiques.

Parlez-nous de votre fonction de coordonnatrice des contrôles ?

J’assure la coordination entre les services de la DDPP et ceux de l’abattoir de Bonneville pour la mise en œuvre des plans de surveillance et des plans de contrôle de la direction. J’effectue la planification, la supervision et le suivi des prélèvements réalisés par les techniciens de la DDPP, en lien avec les directives du service régional de l’alimentation, et avec les laboratoires.

Je représente aussi la DDPP pour soumettre certains dossiers devant la commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS).

Enfin, depuis plus récemment, en tant que coordonnatrice pour les contrôles de la conditionnalité des aides de la politique agricole commune, j’élabore et je propose le programme annuel des contrôles en matière de santé, de protection et d’identification animales, réalisé en tenant compte de notre connaissance des exploitations et de l’analyse des risques propre à chacune d’entre elles.

Quelles sont les conditions matérielles mises à votre disposition dans votre poste de travail pour compenser votre surdité ?

Mon poste de travail est équipé d’une visiophonie qui me permet une communication simultanée avec mon environnement grâce à une connexion en haut débit à une plateforme d’opérateurs relais. Ainsi, mes échanges sont entièrement traduits en temps réel en langue des signes.

J’utilise également les services de PASSERELLS qui met à ma disposition lors de réunions, ou lors d’un rendez-vous, des interprètes professionnels et diplômés en langue des signes.

A la DDPP, quelques collègues ont pu suivre des formations pratiques en langue des signes pour communiquer avec moi.

Vous avez également des responsabilités dans le monde associatif ?

Je suis en effet présidente de l’association PASSERELLS à Annecy spécialisée dans les services d’interprètes dans la langue des signes. A ce titre, je préside le conseil d’administration et le bureau de l’association, et je supervise le travail de la direction de PASSERELLS qui emploie 5 salariés. J’organise et anime les réunions de l’association et les assemblées générales et enfin je m’occupe des relations extérieures avec l’appui de la directrice.

En dehors de vos activités professionnelles, quels sont vos centres d’intérêt ?

Je suis passionnée de voyages, de sport de montagne (surtout le ski, le surf et la via ferrata). Je suis aussi fan de plongée, de danse et de moto.

 
 

A lire également :