Nos agents

3 questions au lieutenant Hervé Fay, l’officier sapeur-pompier responsable des appels reçus au « 18 ».

 
 
LTN Fay CTRA © SDIS74

Chef de salle opérationnelle de la plate-forme des sapeurs-pompiers qui répond au « 18 », le lieutenant Fay a répondu à quelques questions.

Au sein des sapeurs-pompiers de Haute-Savoie, quel est votre rôle ? 

Je suis chef de salle opérationnelle au Centre de Traitement et de Régulation des Appels (CTRAcentre de traitement et de régulation de l'alerte), au sein du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Haute-Savoie, dont les missions sont la prévention, la protection et la lutte contre les incendies.

  • Tout d’abord, je veille au bon fonctionnement de la salle et j’applique les instructions opérationnelles définies pour le département à l’aide de nombreux documents officiels comme le règlement opérationnel, les plans de secours préfectoraux, les conventions transfrontalières…
  • Ensuite, mon poste prend de l’importance lors de la gestion des interventions d’ampleur : je suis responsable de l’envoi des renforts, de l’engagement des conseillers techniques sur le terrain ou au Centre Opérationnel Départemental d’Incendie et de Secours (CODIScentre opérationnel départemental d'incendie et de secours) et de l’activation de la salle de crise.

Parallèlement, je fais remonter les informations à l’aide du site internet sécurisé « Synergi »auprès de ma hiérarchie, la chaîne de commandement, mais également auprès de la préfecture et du centre opérationnel de zone à Lyon.

Comment s’organise le travail sur la plate-forme d’appels ? 

Le CTRA est géré conjointement par le SDIS et le centre hospitalier de la région d’Annecy. Il héberge également le SAMU, la garde du médecin libéral, les ambulanciers privés, le service Téléalarme et les urgences sociales.

Tous les agents issus des sapeurs-pompiers et du SAMU sont répartis dans différents pôles de compétence, pour une meilleure efficacité. Concrètement, le pôle prise d’appel, composé de 2 à 3 opérateurs sapeurs-pompiers et de 3 à 5 assistants de régulation médicale du SAMU, décroche les appels 15, 18 et 112, prend les informations et déclenche rapidement les secours. Selon la nature de l’intervention, les appels sont ensuite transférés au pôle SAMU, au pôle incendie et secours ou au pôle secours à personne. Quant à moi, je me trouve au pôle commandement avec le sous-officier de salle.

Quelles évolutions constatez-vous dans votre travail ? 

Le poste de chef de salle s’est professionnalisé depuis 3 ans. Face à l’augmentation constante de l’activité opérationnelle, le mode de fonctionnement de la salle a dû s’adapter, avec une présence accrue des officiers. Aujourd’hui, nous sommes 6 chefs de salle opérationnelle qui nous relayons en gardes de 12h tout au long de l’année.

Installés sur notre nouvelle plate-forme commune depuis le 1er février 2011, nous bénéficions de nouveaux outils de commandement et de communication performants : nouveaux outils de géolocalisation des véhicules en temps réel qui renforcent le lien entre le terrain et la salle opérationnelle, nouveau logiciel de traitement de l’alerte moderne, ce qui permet un gain de temps dans l’engagement des secours et l’optimisation de l’envoi des moyens, nouveau système de communication radio numérique qui permet de communiquer avec les autres acteurs de la sécurité civile (police, gendarmerie…)... Toutes ces innovations bénéficient à la victime.

De plus, depuis peu, 12 sapeurs-pompiers volontaires ont intégré le CTRAcentre de traitement et de régulation de l'alerte en tant qu’opérateurs sur le pôle prise d’appels et complètent désormais les effectifs. En plus de permettre une souplesse dans les plannings, cette mixité apporte une culture complémentaire du terrain par des hommes et des femmes expérimentés et assure une montée en puissance du CTRAcentre de traitement et de régulation de l'alerte.

CTRA © SDIS74
 
 

A lire également :