Nos agents

3 questions à Sandrine Galland-Meunier

 
 
3 questions à Sandrine Galland-Meunier

Cheffe du service Sécurité sanitaire de l'alimentation

En quoi consistent vos missions au sein de votre nouveau service ?

Mon service s’occupe de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de la protection et de la sécurité des consommateurs en ce qui concerne tous les produits alimentaires, avec des contrôles qui comportent plusieurs étapes.

Tout d’abord, nous vérifions la qualité de la production primaire des aliments. Il peut s’agir de la production de viande, mais également du contrôle des éleveurs laitiers, pour la production de lait…

Nos agents sont présents en permanence dans les abattoirs et effectuent un travail quotidien de contrôle. Les contrôles des autres productions primaires (lait par exemple) sont ponctuels et programmés tout au long de l’année afin de couvrir le plus large champ possible.

Ensuite, nous avons pour mission de vérifier les étapes de transformation des produits. Il peut s’agir de transformation industrielle, effectuée par de grandes entreprises, mais aussi de producteurs fermiers qui transforment eux-mêmes leur produit primaire (production de fromage à partir de leur lait, de charcuterie à partir de leur viande…). Il y a également les producteurs artisanaux qui, eux, achètent la matière première et la transforment eux-mêmes pour ensuite la revendre.

Enfin, nous nous chargeons également du volet vente au consommateur, en effectuant des contrôles au sein des grandes surfaces, des restaurants, des commerces de détail…

Les agents se répartissent sur le terrain de manière à effectuer les contrôles les plus variés possibles dans toutes les filières : lait, viande, restauration collective ou commerciale… Nos contrôles sont principalement effectués avant la mise en vente sur le marché. Nous sommes aussi parfois alertés par les producteurs ou les distributeurs eux-mêmes, lorsqu’ils ont des résultats non-conformes dans le cadre leurs autocontrôles, ce qui permet généralement de réagir avant toute consommation.

Comment s’organise la planification des contrôles ?

Nos instructions viennent de deux ministères différents : le ministère de l’économie et des finances pour tout le volet protection et sécurité des consommateurs par rapport aux étiquetages, à la conformité des produits, et le ministère chargé de l’agriculture pour le volet vétérinaire. Les deux ministères se coordonnent afin de nous faire parvenir des instructions complémentaires, dans le but de programmer des inspections les plus pertinentes possibles.

Dans ce cadre, nous prenons également en compte les spécificités locales liées à notre département. La Haute-Savoie étant un département très touristique, il y a une forte saisonnalité, spécifiquement pendant les périodes de vacances scolaires, où nous organisons de plus amples contrôles. Les opérations interministérielles « vacances », «  fêtes de fin d’année  » ou encore « vacances à la neige » sont par exemple des moments où nous intensifions les contrôles, notamment les contrôles de commerces en station, qui ne sont bien souvent ouverts que pendant la saison touristique, ou encore les contrôles de marchés de producteurs ou des marchés de Noël.

La fréquence des contrôles est calculée sur une base d’analyse des risques : par exemple, plus le nombre de personnes susceptibles d’être impactées par la mauvaise qualité d’un produit est grand, plus la fréquence de contrôle sera élevée, mais ce n’est pas le seul critère.

Quel a été votre parcours pour arriver à ce poste ?

Je suis vétérinaire de formation. Dès la sortie de mes études, j’ai passé un concours pour entrer dans la fonction publique à l’école nationale des services vétérinaires à Lyon, que j’ai obtenu. J’ai occupé successivement trois postes dans le secteur de la santé et de la protection animale (à Mâcon, Metz, puis Grenoble), ce qui était entièrement en lien avec ma formation de base. Je suis arrivée ici depuis août 2016, dans une équipe vraiment dynamique et agréable ! Même si le domaine de la protection du consommateur est un volet quelque peu nouveau pour moi, la sécurité sanitaire de l’alimentation reste en lien avec mes postes précédents puisque lorsque je travaillais sur la santé des animaux d’élevage, la qualité du lait et de la viande faisait partie de nos objectifs !

 
 

A lire également :