Nos agents

3 questions à Rachel Chapuis, coordinatrice de la sécurité routière pour la Haute-Savoie

 
 
Rachel Chapuis ©DDT74

En poste depuis maintenant plus de 4 mois, la nouvelle coordinatrice de la sécurité routière, porte un premier regard sur son métier.

Quel est le rôle de la coordination "sécurité routière" en Haute-Savoie ?

La coordinatrice sécurité routière anime la politique dans ce domaine. Elle intervient sous l’autorité de la sous-préfète, directrice de cabinet du préfet, chef de projet de sécurité routière notamment pour :

  •  relayer la politique nationale de sécurité routière
  •  mettre en œuvre la politique locale en fédérant l'ensemble des acteurs de la sécurité routière (collectivités locales, associations, établissements scolaires, entreprises...) pour la mise en place d'actions de prévention, de communication et de sensibilisation sur les enjeux spécifiques de la Haute-Savoie.

Pour 2013, quels sont les enjeux et les moyens d’intervention de la sécurité routière dans le département ?

Pour l’année 2012, le bilan définitif de l'accidentalité en Haute-Savoie fait apparaître une augmentation de 6 tués par rapport à 2011. Deux chiffres marquent ce bilan : l'augmentation du nombre de piétons tués (8 en 2012 contre 3 en 2011) et l'augmentation du nombre de victimes âgées de plus de 65 ans.

Ce bilan a permis de préciser les enjeux, retenus dans le cadre du plan départemental d'actions de sécurité routière (PDASR) 2013, que sont les jeunes, les deux roues-motorisées et plus particulièrement les motards, les seniors et l'alcool. En effet, l'alcool reste la première cause d'accidents de la route dans le département.

L’État s’engage financièrement, matériellement et humainement. Il s’appuie sur les intervenants départementaux de sécurité routière (IDSR). Ces hommes et ces femmes, bénévoles et issus d'univers différents, salariés ou retraités, sont formés au sein du réseau régional (pôle de sécurité et circulation routières de la DREAL Rhône-alpes). Ils participent aux actions de prévention pour permettre à chacun, de 7 à 77 ans, de prévenir le danger ou de se prémunir contre les dangers de la route. C’est ainsi que 62 intervenants informent et sensibilisent les haut-savoyards, lors de manifestations festives, au sein d'établissements scolaires ou d'entreprises, sur nos enjeux départementaux tels que la lutte contre l'alcool au volant, le respect des règles de conduite (notamment la vitesse et le téléphone au volant), le partage de la route entre les personnes vulnérables et les deux-roues motorisés.

Le document général d'orientation pour la sécurité routière (DGO) 2007-2012 vient de s'achever... Qu'en est-il pour les 5 prochaines années ?

Avant tout, il convient de rappeler que le DGOdocument général d’orientations est le document de référence en terme de sécurité routière dans un département. Il sert de fil rouge à l'élaboration annuelle du plan départemental d'actions de sécurité routière (PDASRplan départemental d'action de sécurité routière) et permet de déterminer le niveau d’investissement des services de l’État dans les différentes actions de prévention de sécurité routière.

L'observatoire départemental de la direction départementale des territoires (DDTdirection départementale des territoires) analyse l'accidentologie spécifique à notre département. Tous les cinq ans, les partenaires locaux de la sécurité routière (services de l’État, collectivités, caisse d'assurance retraite de la santé au travail) élaborent le DGOdocument général d’orientations, déterminent les enjeux et proposent les nouvelles orientations.

Cependant, quels que soient les moyens mis en œuvre, il convient de rappeler que la sécurité routière est et restera l'engagement de chacun.

Sécurité routière, tous responsables
 
 

A lire également :