Nos agents

3 questions à Gilles Grandin

 
 
3 questions à Gilles Grandin

En charge de l’hébergement d’urgence à la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCSdirection départementale de la cohésion sociale).

Quelles sont les obligations de l’Etat en matière d’hébergement d’urgence ?

L’Etat est le garant de l’inconditionnalité de l’accueil des personnes sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale (cf article L.345-2 du code de l’action sociale et des familles), de la continuité de la prise en charge et de l’égalité d’accès au service d’accueil et d’hébergement.

A ce titre, un plan d’action est mis en place en Haute-Savoie : une planification et une organisation spécifique des capacités d’hébergement sur le département, ajustable selon les conditions climatiques et les besoins des populations.

En quoi consiste votre mission ?

Synthétiquement, c’est coordonner et animer un réseau d’acteurs institutionnels et associatifs, financer des places supplémentaires d’urgence pour la période hivernale et assurer un suivi quotidien des personnes à mettre à l’abri ou hébergées.

Nos partenaires sont :

  • les collectivités territoriales : Conseil départemental, Communauté d’Agglomération d’Annecy, Annemasse Agglo, communes)
  • les associations : le 115 (qui agit sur la demande de l’Etat pour héberger les personnes sans abri), L’Ordre de Malte, la Croix Rouge, l’Herminette (qui organisent les maraudes et des transports sociaux), les 13 Centres d’Hébergement d’urgence et de Réinsertion Sociale (CHRSCentre d'hébergement et de réinsertion sociale) qui accueillent la nuit, les centres d’accueil de jour, les centres hospitaliers (CH Annecy Genevois, Alpes Léman et Saint-Julien)

 La période hivernale du 1er novembre au 31 mars déclenche une forte montée en charge du travail qui s’anticipe dès le printemps : renforcement des places d’hébergement d’urgence, renforcement des maraudes et sollicitation importante des accueils de jour (Annecy, Annemasse, Bonneville, Thonon), vigilance particulière pour les personnes avec pathologies, en coordination avec le médecin de la Permanence d’Accès aux Soins de Santé du CH Annecy Genevois.

Le dispositif d’hébergement d’urgence compte 836 places (dont 268 supplémentaires en hiver) en 2015 avec une concentration des capacités sur les principales agglomérations : bassin annécien, Annemasse, Arve et Chablais.

Quelles sont les contraintes et les satisfactions dans votre mission ?

Malgré une bonne implication des partenaires, le dispositif d’hébergement sature rapidement. La Haute-Savoie exerce toujours une forte attractivité économique et l’offre immobilière est sous tension (forte demande, loyers élevés). La crainte est de ne pas trouver toujours de solution pour héberger des personnes à la rue. Chaque situation est imprévisible et demande souvent un traitement particulier. Chaque année, l’offre d’hébergement d’urgence pour l’hiver est à organiser.

Les retours positifs des associations et parfois des personnes hébergées qui réussissent à s’insérer dans un logement « ordinaire » après un passage dans le dispositif sont en revanche une source de satisfaction.

Quelle évolution à l’avenir ?

Une évolution quotidienne de la demande qui nécessite un ajustement continu du dispositif, plus de familles et femmes seules avec enfants, plus de personnes avec pathologies, et une augmentation constante de la demande d’asile qui impacte fortement les dispositifs.

 
 

A lire également :