Le signal national d’alerte, comment le reconnaître ?

 

L’État et les communes testent leur dispositif de sirènes d’alerte à la population tous les premiers mercredis du mois, afin de s’assurer de leur bon fonctionnement.

Le réseau national d'alerte (RNA) a pour but d'alerter la population d'un danger immédiat.

Composé d'environ 4300 sirènes, ce réseau, conçu au départ pour alerter les populations d'une menace aérienne (bombardement classique ou nucléaire), peut être utilisé pour faire face à un accident d'origine technologique (usines SEVESO) ou naturel (inondations…).

Le signal d'alerte se compose d’un son modulé, montant et descendant, de trois séquences d’une minute et quarante et une secondes, séparées par un silence de cinq secondes.

La fin de l’alerte est annoncée par un signal continu de 30 secondes.

Tous les premiers mercredi du mois à midi , les sirènes font l’objet d’un exercice. Ce signal d’exercice ne dure, lui, qu’une minute et quarante et une secondes seulement.

Dans les secteurs situés en aval immédiat d’un ouvrage hydraulique, un signal d’alerte spécifique de type « corne de brume » avertit la population de la rupture de l’ouvrage ou d’un lâché d’eau important.

Il comporte un cycle d’une durée minimum de 2 minutes, composée d’émissions sonores de deux secondes séparées par un intervalle de trois secondes.

La Haute-Savoie compte 25 sirènes reliées au RNA réparties sur 17 communes. Le reste du département est équipé de sirènes communales déclenchées par les centres de secours et/ou les brigades de gendarmerie. Les sites à risques technologiques (dépôts pétroliers, barrages), les campings classés à risques disposent en outre de leurs propres moyens d'alerte.

En complément de ce dispositif, de nombreuses communes se sont dotées d'autres moyens d'alerte : haut-parleurs, ensembles mobiles d'alerte (EMA - microphone, magnétophone à cassette ou sirène montée sur véhicule), …

En cas d'alerte, comment réagir ?

En cas d’alerte, un comportement réflexe est attendu de vous, afin de vous mettre en sécurité et de faciliter l’action des secours.
Il s’agit de vous protéger dans un bâtiment des effets possibles du danger ou d’évacuer immédiatement la zone dangereuse pour ne pas en subir les effets.

Consultez les consignes de sécurité : www.interieur.gouv.fr/Alerte/Savoir-reagir-a-l-alerte

Afin de vous aider à vous préparer, la brochure Je me protège en famille  vous indique les modalités de la réalisation d’un plan familial de mise en sûreté.

Pourquoi ne pas aller chercher ses enfants à l’école ?

L’institution scolaire est organisée pour prendre en charge immédiatement la sécurité de vos enfants en cas de crise, dans le cadre du plan particulier de mise en sûreté (PPMS)  et leur permettre d’être mis en sécurité au plus vite.