25 novembre : journée mondiale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes

 
 
femmes photo stop-violences-femmes.gouv.fr

L'assemblée générale des nations unies, préoccupée par la violence à l'égard des femmes comme obstacle majeur à l'égalité, au développement et à la paix, a proclamé le 25 novembre "journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes" (résolution 54/134 du 17 décembre 1999).

Article 1er de la déclaration de l'ONUOrganisation des Nations unies du 20 décembre 1993 « La violence faite aux femmes désigne tout acte de violence fondé sur l'appartenance au sexe féminin, causant ou susceptible de causer aux femmes des dommages ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, et comprenant la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée. »

Cette date du 25 novembre a été choisie en hommage aux trois soeurs Mirabal : Patricia, Minerva et Maria Thérésa, militantes de la République dominicaine qui furent brutalement assassinées sur les ordres du dictateur et chef de l'État – Rafael Trujillo, le 25 novembre 1960. Ces meurtres furent l'un des facteurs qui déclenchèrent un mouvement anti-Trujillo. En l'espace d'un an, la dictature fut renversée.

 La violence est fondée sur un rapport de force et de pouvoir, elle s’inscrit dans un fonctionnement de domination et de négation de l’autre en tant qu’individu et porte atteinte à son intégrité (physique, morale, psychique). Il ne s'agit pas de querelle, de "simple" conflit. C'est un processus au cours duquel un partenaire adopte à l’encontre de l’autre des comportements agressifs, violents, destructeurs. Il y a différentes formes de violences : morales, psychologiques, économiques, physiques et sexuelles. Quand on parle de violences conjugales, il faut intégrer plusieurs dimensions : individuelle, psychologique certes, mais également sociologique et culturelle. Les violences à l’égard des femmes sont liées à la forme que prennent les rapports sociaux entre les sexes. Les positions sociales des femmes et des hommes, leurs fonctions, les systèmes de valeurs auxquels ils se réfèrent, établissent les rapports sociaux entre les hommes et les femmes et plus ces rapports sont inégalitaires plus ils trouvent une justification sociale implicite. C’est un point souligné par les politiques gouvernementales.

Données nationales des différentes formes de violences exercées envers les femmes en 2015

La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes a été promulguée le 4 août 2014

Infographie - La loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes

Le plan 2017-2019

Le plan 2017-2019

Le 5ème plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes 2017-2019  permettra à toutes les femmes victimes de violences, d’accéder à leurs droits, le droit d’être protégées, le droit d’être accompagnées, pour sortir des violences et se reconstruire.

Pour cela, le plan fixe trois objectifs :

  1. Sécuriser et renforcer les dispositifs qui ont fait leurs preuves pour améliorer le parcours des femmes victimes de violences et assurer l’accès à leurs droits
  2. Renforcer l’action publique là où les besoins sont les plus importants
  3. Déraciner les violences par la lutte contre le sexisme, qui banalise la culture des violences et du viol

Synthèse du 5ème plan

victimes ou témoins de violences faites aux femmes, appelez le 3919

Campagne de communication

Le plan 2014-2016

Ce 4e plan a été construit sur un plus petit nombre de priorités, sur lesquelles le Gouvernement s’engage et dont il sera comptable notamment à l’égard du Parlement. Les associations et représentants des collectivités territoriales continueront à être étroitement associés au suivi de ce plan et à sa mise à jour. Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes sera saisi pour conduire avant son terme une évaluation globale, rendue publique, du présent plan et sera consulté en amont des rapports d’information transmis au parlement en application de la loi.

Ce plan est construit autour de trois priorités :

  1. Organiser l’action publique autour d’un principe d’action simple : aucune violences déclarée ne doit rester sans réponse,
  2. Protéger les victimes,
  3. Mobiliser l’ensemble de la société.

4ème plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes 2014-2016
Les principales mesures du plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes

Les actions menées sur le département

www.stop-violences-femmes.gouv.fr