La pêche dans le Léman en 2015, des captures toujours importantes malgré un léger tassement

 
 
La pêche dans le Léman en 2015,  des captures toujours importantes malgré un léger tassement

La Commission internationale de la pêche dans le Léman (CIPELcommission internationale pour la protection des eaux du Léman) s'est réunie, à Thonon-les-Bains (F), le 6 octobre 2016. Avec plus de 1 145 tonnes de poissons capturés, l'année 2015 marque une légère baisse des captures, tout en restant à un niveau élevé, le 6ème meilleur résultat des 30 dernières années.

La commission a étudié les statistiques : 

Les permis de pêche de loisir atteignent le nombre record de 10 030 (+ 453 permis annuels par rapport à 2014), ce qui témoigne de l’attrait de la pêche autour du Léman. La pêche professionnelle (148 pêcheurs, soit 2 de plus qu’en 2014) représente, toutes espèces confondues, la plus grande part des captures (93 %) avec 1 064 tonnes de poissons pêchés.

L’essentiel du volume de la pêche lémanique repose sur les deux mêmes espèces : le corégone, communément appelé "féra" et la perche, mais la part de la féra (835 tonnes) est de plus en plus prépondérante (perche : 171 tonnes). Si la féra, malgré une légère baisse par rapport à 2014, année de record historique, reste à un niveau élevé, c’est surtout la perche qui diminue, en affichant une baisse pour la 4ème année consécutive. 

De ce fait, la Commission a décidé d’être particulièrement attentive vis-à-vis de l’évolution de la situation de ces deux espèces.

L’embellie constatée en 2014 pour la truite et l’omble-chevalier ne s’est pas confirmée en 2015. Les captures de truites (14 tonnes) montrent un léger tassement (- 10 %), mais celles d’ombles chevalier (22 tonnes, - 27 %) sont revenues au niveau de 2013.

Parmi les espèces emblématiques, seuls le brochet et l’écrevisse américaine (espèce invasive), affichent une hausse des captures : près de 47 tonnes de brochets (+ 23 %) et plus de 10 tonnes d’écrevisses (+ 27 %).

La Commission s’est également intéressée à la qualité des eaux du lac, en évoquant les problématiques PCB et taux de phosphore, qui, si elles ne relèvent pas de sa compétence, demeurent étroitement liées à la vie piscicole et donc à la pêche. La commission a salué le développement des relations entre le monde de la pêche et la CIPEL, en charge de la surveillance de la qualité des eaux du lac.

L'ouverture de la pêche des salmonidés dans le Léman est fixée  au dimanche 15 janvier 2017