Actualités 2017

La lutte contre les violences faites aux femmes : une priorité gouvernementale

 
 
La lutte contre les violences faites aux femmes  : une priorité gouvernementale

Piloté et animé par la déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la direction départementale de la cohésion sociale, le réseau des professionnels/acteurs du bassin annécien s’est réuni pour décider des actions à mener conjointement afin d’améliorer l’accueil et la prise en charge des femmes victimes accompagnées ou non de leurs enfants, le suivi des auteurs, ainsi que pour renforcer le travail en partenariat entre les différents professionnels de terrain.

Ce réseau est présent sur chacun des trois ressorts des Tribunaux de Grande Instance du département (Annecy, Bonneville et Thonon) et se compose des représentants de chaque parquet, de la police, de la gendarmerie, des services pénitentiaires, des services hospitaliers, de l’ordre des médecins et des avocats, des collectivités territoriales dont le conseil départemental, des magistrats, des travailleurs sociaux, des associations, de la préfecture et de la direction départementale de la cohésion sociale.

Lors de cette première réunion ont été présentées les statistiques nationales et départementales, la politique pénale en matière de violences faites aux femmes, le 5ème plan triennal interministériel 2017 – 2019 (consolider le parcours de sortie des victimes, répondre à la diversité des situations, prévenir les violences en luttant contre le sexisme et la récidive), ainsi que le volet hébergement des femmes victimes sur le département (51 places dédiées dont 7 nouvelles cette année).

Un rappel a été présenté concernant les actions menées sur la Haute-Savoie : le référent départemental (association Espace Femmes Geneviève D mandatée par l’Etat ), le 3919 anonyme et gratuit 24h/24h, les 4 Téléphones Grave Danger (TGD), le protocole mains courantes avec la possibilité d’auto saisine du parquet, le protocole de prise en charge médicale aux urgences (CHAL), les 2 intervenants sociaux en police/gendarmerie (Annemasse et Scionzier), l’ordonnance de protection, les formations aux « violences faites aux femmes » en direction des forces de l’ordre, la mesure d’éviction du conjoint violent, le groupe de paroles pour les auteurs, la sensibilisation dans les établissements scolaires.

Des échanges constructifs se sont déroulés et des rendez-vous ont été pris pour contribuer à un travail collaboratif et efficace au profit des femmes victimes de violences en Haute-Savoie.

La démarche se déclinera sur les 2 autres territoires (Bonneville et Thonon).